Catégories
Actualités Sports

Les marteaux résolus maintiennent la ville à l'écart

Une défense obstinée donne à Hammers un point mérité

Les récits dans le sport sont souvent plus imprévisibles que la météo elle-même. Au début de la saison, Moyes était présenté comme l'un des managers au bord du gouffre. Six matchs dans la saison, la tactique et l’expérience de l’Écossais l’aident à déjouer des adversaires plus illustres. David Moyes, cependant, avait sa défense à remercier car les Hammers ont produit une leçon de défense pour restreindre leurs adversaires les plus illustres.

Après un égaliseur dramatique la dernière fois, West Ham United avait espéré qu'ils seraient en mesure de porter ce genre d'élan dans ce match. City a généralement fait la lumière sur ses adversaires au stade de Londres ayant marqué 22 buts lors de leurs 5 dernières visites. Et «forme» était le mot sur les lèvres de l'Écossais alors que son équipe cherchait à annuler les richesses offensives de City.

La plus grande surprise de City est venue sous la forme de aucun changement à leur onze de départ. Il faudrait remonter 172 matchs en arrière, car c'était la dernière fois que Pep nommait une équipe inchangée. La rétention du personnel de jeu n'a cependant pas produit la fluidité souhaitée pour City car ils ont travaillé pour créer des ouvertures claires.

Antonio Hammers dans un but brillant

Les deux équipes cherchant à garder leur forme, il n'y avait pratiquement rien de remarquable dans les quinze premières minutes. Et puis, de nulle part, alors que le ballon semblait se diriger vers l'extérieur, les Hammers ont réussi à garder le ballon en jeu. Le milieu de terrain tchèque, Soucek, a gardé le ballon avant que Boufal ne passe par la droite. Antonio, a ensuite produit un merveilleux coup de pied au-dessus de la tête pour mettre le ballon devant Ederson. Après avoir repoussé Dias, le défenseur le plus cher de cette formation de City, ce fut un moment de vraie qualité.

Bien qu'il y ait eu un soupçon de handball par Soucek, VAR et l'arbitre sur le terrain ont jugé qu'il n'y avait pas de faute évidente. Soucek, interrogé à la fin du match sur le handball, a nié toute connaissance de son action et a plutôt choisi de se concentrer sur le but.

L’arbitre Anthony Taylor a rapidement invité la colère de l’Écossais car il n’avait pas réussi à réserver Gundogan pour une faute flagrante sur Declan Rice. Une autre décision litigieuse est venue et est repartie alors qu'Antonio a presque mérité une pénalité pour son équipe. Il n'y avait aucun mot sur son oreillette et la pièce se poursuivit comme d'habitude. Si la semaine dernière était consacrée au petit gabarit de Moyes, alors cette fois, il s’agissait de la manière dont il a entamé une discussion avec le quatrième officiel.

Guardiola re-jigs City à la mi-temps

N'ayant vu aucune contribution notable d'Aguero, Pep a décidé qu'il en avait assez vu en présentant Phil Foden à la mi-temps. Et le jeune Anglais était sur la feuille de match assez tôt, après qu'un centre de Mahrez l'ait trouvé dans la surface. L'Anglais a pivoté dans la surface pour planter un tir devant Fabianski à son premier poteau.

Le match avait pris un tournant et City s'installa rapidement dans leur passe rythmée et leur domination de possession alors qu'ils cherchaient à décoller la défense des Hammers. Les Hammers, de leur côté, ont tenu bon et ont continué à chercher à tirer le meilleur parti de leur possession limitée. La blessure d'Antonio dans l'accumulation de l'égalisation avait privé les Hammers d'un coureur volontaire. Et ce genre de bégaiement la fluidité des Hammers.

À 20 minutes de la fin du match, les deux équipes ont introduit des remplaçants offensifs alors que City faisait venir De Bruyne, tandis que West Ham présentait Haller. Le Belge amené à débloquer la défense obstinée des Hammers a produit des moments de qualité, mais City n'a pas été en mesure de capitaliser. Masuaku for Hammers prenait des risques inutiles en s'attardant trop longtemps sur le ballon et Sterling les a presque fait payer à la 85e minute.

Une autre erreur quelques minutes plus tard a presque conduit Sterling à être mis au but, mais le résultat était le même que Guardiola a enlevé sa veste d'exaspération. La combinaison d'Ogbonna et de Yarmolenko avait réussi à étouffer la menace. Il était encore temps pour Mahrez de faire un tir que Fabianski a bien fait de garder à l'écart.

Un nul 1-1 était un résultat mérité, les deux équipes en faisant juste assez pour gagner un point. Les deux équipes sont maintenant sur 8 points de leurs 5 premiers matchs. City jouera ensuite à Sheffield United à Bramall Lane, tandis que Moyes se rendra chez de vieux ennemis, Liverpool.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *